'O Mitakuyé Oyasin' : nous sommes tous reliés



Dans la tradition Amérindienne, il est coutume de dire ces mots lors de certaines cérémonies :


O Mitakuyé Oyasin

… qui signifie : "Nous sommes tous reliés".

Ainsi nous comprenons que tout a un sens et que chaque action à une incidence sur notre environnement.


Le lien ! Celui qui nous uni les uns aux autres, celui qui nous réuni et nous permet de nous sentir bien. Même si parfois nous devons reconnaître qu’il n’est pas à la hauteur de nos attentes ou qu’il peut avoir un impact polluant, il n’en reste pas moins que l’humain est souvent en recherche de ce lien.


Pour autant dans notre société, nous considérons généralement comme lien, le contact établi entre deux humains, oubliant ainsi l’environnement qui nous entoure.



Un lien qui existe avec tout, dès l'instant où nous venons au monde


Pour les amérindiens, le lien existe avec tout dès l’instant que nous venons au monde. Les végétaux, les minéraux, les animaux font partie de ce tout avec lequel nous vivons et avec lequel nous avons a fortiori une connexion. Nous avons juste oublié tout ceci. Ou la société nous a amené à l’oublier, nous présentant les organismes vivants, autres que les humains, comme étant à notre service.


Rappelons-nous l’image du film Avatar qui nous montre toute la communauté se tenant par les épaules et créant ainsi un réseau de fibres énergétiques entre la nature et chacun des membres de la communauté.


Lors de mes différentes expériences chamaniques, j’ai pu constater combien le lien avec la nature pouvait être fort et surprenant.


Alors que j’étais seul au sommet d’une montagne, pendant la cérémonie de la quête de vision, le ciel s’est obscurci. Des nuages très noirs arrivaient face à moi, laissant visiblement échapper des trainées de fortes pluies et striant également le ciel de quelques éclairs. Ayant juste un plaid pour me couvrir, les minutes à venir risquaient d’être assez désagréables.

Et puis, il y eu ce chant Amérindien, venu de la vallée, entonné par les hommes restés au camp. Une percussion de tambour les accompagnait. Étrangement je ne ressentais pas la peur de voir s’abattre sur moi cet orage. Probablement parce que je me sentais en lien avec la nature environnante et ressentait que rien de catastrophique ne pouvait m’arriver.



Notre lien avec la Nature peut être fort et surprenant...


Après quelques minutes de ce chant résonnant dans toute la montagne, les nuages changèrent de direction pour faire une boucle et passer au-delà du sommet où je me trouvais...


Certains pourraient imaginer qu’un simple concours de circonstances était à l’origine de ce changement de direction. Pour ma part, rien n’étant le fait du hasard, j’ai ressenti le lien existant entre l’homme et la nature. La vibration des tambours et le chant des Amérindiens étaient entrés en communion avec l’environnement.


Le lien est donc à ce point qu’il est possible d’agir sur les éléments … Alors que dire de ceux que nous établissons les uns, les autres et de l’incidence que cela peut avoir.


Nous sommes visiblement reliés tant avec les humains, qu’avec l’environnement. Il nous appartient donc de garder cette réalité et ainsi considérer tout ce qui nous entoure. De belles surprises sont parfois au rendez-vous !


Bien entendu, ceci reste mon expérience et mon avis sur la question.


Mais depuis celle-ci et quelques autres, j’ai la conviction que nos amis amérindiens ont raison :



Nous sommes tous relié … et ainsi, nous ne sommes jamais seuls.


O Mitakoyé Oyasin



Phil Garcin, auteur du roman "Edgar et l’enfant Chaman".


 

"Après un parcours varié m’ayant conduit dans différents endroits du monde en quête de vérité et de recherches personnelles, j’ai voulu partager le fruit de mes expériences au travers de l’écriture de ce premier roman. Mon métier de Psychothérapeute a été aussi un support m’invitant à considérer le rapport humain comme l’axe central à toute relation. Mes expériences Chamaniques en France, au Canada ou en Amazonie, m’ont ouvert les yeux sur une médecine nous conduisant dans des lieux de l’inconscient pour y découvrir la vraie richesse de l’être. L’idée est probablement que nous ne sommes pas uniquement constitués d’un cerveau et que notre âme s’évade pour aller chercher ce dont elle a besoin pour évoluer. Notre vie est un chemin d’expériences et d’enrichissements pour nous permettre de trouver notre équilibre." Phil Garcin