• Nathalie Deshayes

Élever son niveau de conscience

Agir sur nos circuits neuronaux grâce à la méditation*


« Comme l’a déclaré Einstein, nous ne résoudrons pas les problèmes du monde en restant au niveau de conscience où nous étions quand nous les avons créés. La méditation élève notre niveau de conscience ; c’est pourquoi elle change notre vie. »

M. Williamson

La méditation* permet de dynamiser l’attention au corps et de prendre de la "distance" avec ses pensées, leur porter un regard sans jugement. Elle ouvre le champ des actions possibles comme autant d’alternatives envisageables à une réaction immédiate et incontrôlée. L’apaisement de l’esprit que procure la méditation vous permet de vous connecter à votre intuition profonde, source de justesse pour les décisions que vous avez à prendre. Si, pour les bouddhistes, la méditation de pleine conscience ne vise pas d’objectif précis (on ne cherche pas de résultat), les recherches en neurosciences quant à elles apportent une foule de raisons pour commencer à méditer : la méditation aurait des effets sur notre santé, notre psychisme, nos comportements, nos relations aux autres. Testée en laboratoire, on compte des centaines de recherches et d’études cliniques sur la pratique méditative. D’un point de vue scientifique, il a été constaté que l’expérience de pleine conscience agit sur deux aspects : à l’intérieur de soi (« tête - cœur - corps » : pensées / images ; émotions / sentiments ; sensations), mais aussi à l’extérieur de soi (interactions avec et entre les personnes, l’environnement immédiat, la nature, les événements). Notre capacité à connecter ces deux univers permettrait de développer en nous « la résonance », et de cette façon, mobiliser d’avantage nos connexions neuronales en lien avec les zones du cerveau où naissent les émotions positives et les comportements pro-sociaux.

« La méditation repose l’esprit de la même façon que le sommeil repose le corps. »



On sait que nos pensées et émotions ont une influence capitale sur notre façon de vivre en bonne santé mentale. Nos émotions de base sont la peur, la colère, la tristesse, la joie, la surprise et le dégoût. De celles-ci en dérivent bien d’autres. Ni bonnes ni mauvaises en soi, elles peuvent le devenir lorsqu’elles nous envahissent au point de déformer la réalité et de prendre le dessus sur « l’intelligence », dont le rôle est d’apporter la réponse la plus juste à la situation vécue. Ce sont nos pensées et nos croyances qui entretiennent l’émotion, laquelle se comporte comme une vague : elle monte et elle redescend. La pratique méditative nous permet d'observer qu’une émotion n’est qu’une émotion. Car nos émotions sont impermanentes, elles vont et viennent : observons-les simplement, comme des bulles de savon, elles s’envoleront et finiront par disparaître. Ceci en utilisant simplement notre respiration, en nous concentrant sur le mouvement de va-et-vient de l’abdomen, comme le va-et-vient d’une vague, qui va nous aider à rester ancré dans le moment présent.


Par exemple, face à une pensée destructrice ou stressante, ou une émotion perturbatrice, nos neurones se mobilisent tous dans une même action et construisent une autoroute ou un circuit qui se renforce un peu plus à chaque fois. La méditation est un moyen d’agir sur ces circuits neuronaux et diminuer ainsi l’emprise de certains conditionnements. Nous continuerons à avoir les deux types d’émotions, perturbantes ou non, parce que nous avons en nous les deux « programmes ». Mais un entraînement à la méditation nous permettra de tracer de nouveaux chemins dans notre cerveau pour quitter nos « vieilles autoroutes » comportementales.


La BOUTIQUE de l'EVEILLEUR QUANTIQUE


Prolongation du pack exclusif "Agissez Maintenant" jusqu'au 15/04/2020

= pack de 5 Ebooks "prise de conscience" pour seulement 1,90 € de participation à nos frais de fonctionnement + 1 DON, selon vos possibilités.

La BOUTIQUE de l'EVEILLEUR QUANTIQUE



Il existe de nombreuses approches de la méditation, et chaque grande tradition possède d’ailleurs des techniques qu’elle appelle méditation* (dans les différents courants bouddhistes, et ailleurs). Méditer en pleine conscience, c’est d’abord faire une pause, s’immobiliser, être silencieux… S’arrêter pour devenir le témoin de ce qui se passe en soi, et porter son attention uniquement sur l’instant présent. C’est donc une forme d'attention portée délibérément à toutes nos expériences, sans jugement, sans attente, sans contrôle... une sorte d’attention dite « vigilante », d’où l’expression de « pleine conscience ». C’est s'entraîner à « être » plutôt qu'à « faire », afin de connecter le corps à l'esprit. De cette manière, nous sommes en mesure de porter notre attention sur nos expériences (plus ou moins positives) afin de les vivre plus en conscience et donc de pouvoir mieux les appréhender.

« Si l’on veut créer du nouveau, il faut pouvoir assister avec calme à l’effondrement de l’ancien. »

R. Steiner


La pratique de la méditation provoque un calme intérieur vecteur de changements profonds, physiques, mentaux, émotionnels. Cela demande un véritable « entraînement » type musculation psychologique, et les premiers pas pourront sembler difficiles (nous ne sommes pas habitués à « être calme » !) mais cela s'apprend. Respectez toujours la plus grande bienveillance envers vous-même, et par un patient travail, vous constaterez rapidement vos progrès ! Commencez par quelques minutes chaque jour, puis augmentez progressivement la durée de vos séances… Et souvenez-vous qu’il vaut mieux cinq minutes chaque jour que deux heures d’affilée une fois par semaine. En effet, il est important de noter que la pratique méditative demande une certaine régularité pour en capter les bienfaits (à l’image d’une plante qu’il est préférable d’arroser un peu tous les jours, plutôt que d’y verser un grand seau d’eau tous les mois).

Au-delà de l’instant méditatif, pratiquer la pleine conscience au quotidien invite à vivre pleinement l’instant présent (au lieu de penser autant à propos du futur et / ou du passé). Par exemple, quand nous mangeons, apprécions pleinement notre nourriture. Quand nous sommes avec quelqu'un, soyons pleinement avec lui. Quand nous marchons, apprécions notre environnement, où que nous soyons… Cultiver une attention curieuse et réceptive, non réactive et bienveillante, nous ouvre à la réalité présente telle qu’elle est. Cette pratique favorisant une autorégulation de notre attention, nous apprenons à mieux nous comprendre et à agir avec sagesse. Cela favorise également notre capacité à éprouver une plus grande compassion spontanée envers nous-mêmes et envers les autres. Ce n’est donc pas quelque chose qui se vit uniquement dans la posture assise et lors de la pratique méditative : elle aborde notre vie à tout instant, de façon large. Ainsi, à chaque fois que notre corps et notre esprit sont reliés, nous sommes dans la pleine conscience, nous sommes dans notre vie…



Extrait de "Vivez l'Eveil - Guide pratique : changez votre réalité et osez une nouvelle vie" de Jean Pierre Marrigues aux Editions de l’Éveilleur Quantique.

* La méditation, telle que nous l'envisageons ici est totalement laïque, ouverte à tous. En Occident, Thich Nhat Hanh (maître bouddhiste zen) est le pionnier de la médiation de pleine conscience (en anglais « mindfulness », encore appelée « pleine attention » ou « présence attentive »). C’est l’américain Jack Kornfiel qui va, dans les années 70, laïciser la pratique méditative bouddhiste dans des lieux de retraite en réponse à un mal-être psychologique par un « entraînement à l'intériorité ».

488 vues
EVEILLEUR QUANTIQUE EVEIL SCIENCE SPIRITUALITE DEVELOPPEMENT PERSONNEL BIEN ETRE HARMONIE